À ne pas manquer

Église Paroissiale Saint-Martin

Au cœur de la ville et à l’abri d’éventuelles incursions ennemies, cette église, élevée à la dignité de paroisse en 1749, a été construite vers 1615 par l’architecte génois Arturo Fieschi et dédiée à Saint-Martin de Tours. Le clocher est d’une période postérieure, car il a été construit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Sa façade baroque, restaurée en 2006, met en valeur les images religieuses réalisées pour la première fois par A. Laura en 1928, représentant le Christ Rédempteur et l’Archange Saint-Michel. L’intérieur a un autel central, dédié à Saint Martin, et deux autels latéraux, respectivement dédiés à Notre-Dame du Rosaire et au Sacré-Cœur. Sur les côtés de l’entrée, il y a des fonts baptismaux et un confessionnal. Dans une niche derrière le maître-autel se trouve une statue en bois de la Vierge à l’Enfant (XVIe siècle) dont l’interprétation chronologique est problématique: le style fait référence à l’art bourguignon du XVe siècle, mais la statue date certainement d’une période ultérieure. Sur les murs, on peut trouver des œuvres du XVIIe siècle (dont deux peintures représentant respectivement Saint Sébastien avec Saint Pétronille et Saint Martin avec Saint Bernard) et les statues de Saint Martin et Saint Sébastien.

Église Saint-Bernard

A l’entrée de la ville, se détache cette petite église en pierre construite au 14ème siècle et dédiée à Saint-Bernard de Clairvaux. Le parvis est caractérisé par un pavé décoré et des parterres de fleurs. Ici, des cérémonies importantes de nature religieuse et politique sont généralement organisées: chaque 20 août, qui est la solennité de Saint-Bernard et la Fête Nationale de Seborga, une procession solennelle a lieu en présence des autorités de la ville, de la Princesse et des citoyens. Dans le parvis, le Prince Marcello Ier et la Princesse Nina ont également été couronnés. À l’intérieur, il y a diverses peintures, dont l’une, du XVIe siècle, représente Saint Bernard avec Saint Roch, Sainte Lucie et Saint Maur.

Palais des Moines et Hôtel de la Monnaie seborgien

Ce bâtiment, acheté par les moines en 1607 et immédiatement appelé «Palazzo», est situé sur la Place San Martino et entoure le parvis avec sa séquence d’arcs ronds. Utilisé par les moines comme maison lors de leurs visites à Seborga, c’est maintenant une maison privée. Au rez-de-chaussée le Palais a une grande salle avec une grande cheminée en ardoise, sur la poutre horizontale de laquelle il y a encore une dalle avec les armoiries du Cardinal de Vendôme et des lys de France, avec la phrase française «Sebourge sois assurée que je quitte sans regret», qui aurait été sculptée par les moines eux-mêmes vers 1729, heureux d’avoir vendu la Principauté aux Savoie; au début du XXe siècle, cette salle servait également de salle de bal. Dans la partie inférieure, il y a une pièce où les luigini ont été fabriqués de 1666 à 1687, et un grand four. Le premier étage avait les cuisines, tandis que le second avait quatre pièces, utilisées comme résidence des moines. Après la vente au Savoie, le Palais est devenu le siège de la Mairie et des écoles maternelles et élémentaires jusqu’en 1981, quand ils ont été transférés dans un nouveau bâtiment à l’angle de la Via della Zecca et de la Via Matteotti. La façade, auparavant en maçonnerie, avait un stuc avec les armoiries savoyardes, l’inscription «MUNICIPIO», la date 1896 et une plaque avec les noms des seborgiens décédés en 1884 lors de l’épidémie de choléra; suite à une restauration ultérieure, la façade a été reconstruite en pierres à vue, la plaque a été enlevée et le blason savoyard a été – en fait assez maladroitement – modifié pour l’adapter au blason de Seborga accordé par le Roi de Sardaigne vers 1760 (le rouge du bouclier était peint en bleu et les drapeaux tricolores étaient repeints en blanc et bleu).

Les Portes

Le centre urbain de Seborga était à l’origine équipé de quatre portes d’accès. De l’ancienne porte au nord de la ville, seules les charnières subsistent, tandis que la Porta San Martino, celle de San Sebastiano et la Porta del Sole (celle-ci représentée sur la photo) sont clairement identifiables.

L’ancienne prison

Une pièce sombre et humide, avec de la paille dans la terre, un banc en bois rustique et une chaîne fixée aux murs constituaient l’ancienne prison. En fait, le Prince-Abbé de Seborga jouissait également du «ius gladiis et sanguinis», c’est-à-dire du droit d’imposer la peine de mort aux coupables de crimes graves. Ils, ainsi que les autres condamnés à des peines moindres, ont été emprisonnés dans cette salle. Au cours des siècles, environ 200 personnes ont été incarcérées dans la prison, dont aucune n’a été condamnée à mort.

Grotte de Notre Dame (« a Crota da nostra Scignura »)

Alors qu’il était déjà atteint de sclérose latérale amyotrophique, S.A.S. le Prince Giorgio Ier a voulu rendre un dernier hommage de sa vie terrestre à la Madone, à laquelle il était particulièrement dévoué, en faisant placer une statue dans une petite grotte de pierre restaurée, où même aujourd’hui, dans un environnement simple mais plein de spiritualité chrétienne, il est possible de prier.

Monument à Umberto Ier, Roi d’Italie

A l’entrée de la ville, dans un espace vert, la Reine Margherita de Savoie, qui séjournait à Bordighera, inaugura en 1920 un monument dédié à son mari, Umberto Ier.

Monument aux Alpins de Seborga

À côté de l’Oratoire de San Bernardo, il y a un monument de 1971 dédié aux Alpins seborgiens tombés pendant la campagne de Russie.

Monument à Bernardo Leone, maire de Seborga

Un monument a été érigé au Maire de Seborga Bernardo Leone en 1954, en souvenir de la construction de la route Bordighera / Seborga (12 km) qu’il avait vivement souhaitée.

Monument aux Morts des Guerres Mondiales

À l’entrée de la place qui leur est dédiée, se trouve un monument dédié aux martyrs patriotes morts pendant la Première et la Seconde Guerre Mondiale.